La crise en Europe : exporter en Afrique

La crise en Europe

Mon pays va mal…

Alors que la France et l’Europe toute entière ont revu leurs prévisions de croissance à 0,5 % de croissance pour les trois prochaines années.

Quand on sait que la crise s’installe en Europe durablement; Paul Krugman, prix Nobel d’économie 2008 affirme sur la crise Européenne de 2012: « Je ne pense pas que nous ayons touché le fond, mais nous n’en sommes plus très éloignés. Ma plus grande préoccupation c’est que nous ne touchions pas le fond pour ensuite rebondir, mais que nous touchions le fond et y restions. Il n’est pas évident de voir d’où viendrait la reprise. » et qu’en parallèle 80% des exportations françaises sont à destination de l’Europe…

Selon les dernières statistiques de l’OMC, la France est le 6ème pays exportateur et le 5ème importateur dans le classement du commerce mondial de marchandises. Si à l’exportation, la part de marché mondiale en valeur de la France a longtemps oscillé entre 6 % et 5 % entre 1995 et 2000, elle s’est repliée sous les 4 % à partir de 2005 et ne représente plus aujourd’hui que 3,9 %, soit un point et demi de part de marché mondiale perdus en 10 ans.

Parallèlement le nombre de nos entreprises exportatrices a reculé de 16 %, en moins de dix ans pour se situer à un peu plus de 91 000 entreprises en 2009, après avoir culminé à environ 108 500 entreprises en 2002.L’Italie en compte 170 000 et l’Allemagne 200 000. En France, à peine une PME sur dix exporte régulièrement. Notre marge de progrès est énorme.

Les Pme françaises sont historiquement tournées vers le produit avec des managers plutôt bon techniciens. Tant mieux car nous allons jouer la carte de la qualité à l’international.
Qualité des produits, qualité des organisations.

Quand on sait que les principaux freins à l’exportation sont le taux de change et l’insécurité des paiements, autant dire que les freins à l’export sont imaginaires car ces risques peuvent être contournés ou couverts. Export-in vous conseille sur ces terrains.

Encore et toujours chercher de nouveaux débouchés, une quête immuable et commune à tous les chefs d’entreprises.

L’Afrique, dernier marché émergent apportera 6% de croissance en 2012, notre histoire commune est ancienne et nous partageons une langue.

Les observateurs s’accordent à dire qu’une entreprise qui exporte est en général 20 % plus rentable qu’une entreprise qui n’exporte pas.

Exporter c’est minimiser les risques.
L’export permet de toucher des marchés qui continuent à connaître des taux de croissance très positifs. Cela permet de compenser l’atonie de certains marchés

Contre la crise, il est impératif d’améliorer sa compétitivité.
C’est en se frottant à des marchés nouveaux à d’autres conditions et d’autres concurrents que l’on améliore en permanence ses performances.
Dans un monde « globalisé » les concurrents, la crise aidant, seront encore plus tentés de s’implanter dans notre pays.

Les parts de marché de l’avenir sont à l’international et particulièrement sur le last emerging market : l’Afrique.

Pour exporter il faut un produit de qualité mais surtout exporter demande de connaître le pays d’accueil, de trouver les bons partenariats et les réseaux de distribution.

Contactez Export-in et bénéficiez gratuitement d’1/2 journée de pré-diagnostic Export pour votre entreprise.